learn-background
The Way By Webber Naturals

6 statistiques vitales pour la santé

févr. 1, 2020Lecture – 8 minutes

Envoyer à un ami

Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour intégrer des habitudes de santé préventives dans votre routine. 

En plus de prévoir des examens médicaux et de vous faire vacciner régulièrement, il est important de comprendre vos risques de développer certaines maladies graves, comme le diabète, les maladies du cœur ou les AVC.  

Puisque la plupart des affections évoluent lentement, sur plusieurs années, vous serez en mesure d’affronter les problèmes avant qu’ils ne s’aggravent. Il suffit de porter une attention particulière aux facteurs de risque possibles cernés lors de vos bilans de santé périodiques, ou d’assurer une certaine surveillance à la maison.Voici six indicateurs de santé majeurs qui peuvent vous aider à prendre votre santé en main : 



1. Le tour de taille 

Le tour de taille, qui se mesure autour de l’abdomen, constitue l’un des outils les plus pratiques pour évaluer votre risque de maladies liées au surpoids. Un tour de taille élevé dénote plus de graisse abdominale et un risque accru de diabète de type 2, d’hypercholestérolémie, d’hypertension artérielle, de maladie cardiaque et d’AVC.[1,2] Le niveau de risque peut être identifié ainsi :  

 Pour un homme, tour de taille supérieur à :[1] 

  • 94 cm (37 pouces) = risque accru 

  • 102 cm (40 pouces) = risque accru de façon importante 

Pour une femme, tour de taille supérieur à : [1]

  • 80 cm (31,5 pouces) = risque accru  

  • 88 cm (35 pouces) = risque accru de façon importante 

Vous pouvez mesurer votre tour de taille en trois étapes simples : 

  1. En appuyant de la main, localisez l’extrémité supérieure de votre hanche et votre dernière côte. 

  2. Placez le ruban à mesurer à mi-chemin entre ces deux points et entourez-le autour de votre taille. Gardez votre abdomen détendu et le ruban à mesurer parallèle au sol, confortablement ajusté, sans trop le serrer. 

  3. Lisez la mesure et prenez-en note.  

Conclusion : Un excès de graisse abdominale nuit à la santé. L’essentiel pour réussir à perdre graduellement du poids, est d’apporter des changements positifs à votre alimentation, de faire plus d’activité physique et de stabiliser votre glycémie.  

Adoptez un régime alimentaire nutritif en consommant une grande variété de fruits et de légumes, des grains entiers, des protéines maigres et des gras polyinsaturés et monoinsaturés sains.  


2. La tension artérielle 

L’hypertension ne doit pas être négligée. Elle est le principal facteur de risque de l’AVC et un indicateur important de risque de maladies du cœur. On classe la tension artérielle en trois catégories :[3]  

Risque faible 120/80 mm Hg 
Risque moyen 121–139/80–89 mm Hg 
Risque élevé 140+/90 mm Hg 

Une valeur inférieure à 120/80 mm Hg est généralement considérée à faible risque. Si votre valeur de tension artérielle dépasse ces chiffres à maintes reprises, vous devriez consulter un praticien de la santé et commencer à prendre des mesures pour la faire baisser. 

Vous pouvez surveiller votre tension artérielle chez vous ou lors de visites médicales régulières. Vous obtiendrez l’évaluation la plus juste en mesurant votre tension artérielle à plusieurs reprises sur une période de trois jours. N’oubliez pas de rester assis pendant au moins 3 à 5 minutes avant de la prendre.  

Conclusion : Une perte de poids, une modification de l’alimentation et des techniques de réduction du stress sont les moyens les plus efficaces d’abaisser la tension artérielle.[3]  


3. Les lipides sanguins 

Selon les recommandations des experts, les personnes ayant des antécédents familiaux ou d’importants facteurs de risque de maladies du cœur ainsi que les femmes ménopausées et les hommes de plus de 40 ans devraient faire vérifier leurs taux de lipides sanguins.[4] Ceci peut se faire au moyen d’un bilan des lipoprotéines qui mesure : 

  • Le cholestérol total 

  • Le cholestérol LDL (lipoprotéines de basse densité) 

  • Le cholestérol HDL (lipoprotéines de haute densité) 

  • Les triglycérides 

Un des résultats les plus importants de ce bilan est le rapport cholestérol LDL/cholestérol HDL. 

Des taux élevés de LDL sont considérés comme problématiques, tandis que les HDL sont considérés comme bénéfiques car ils aident à éliminer le cholestérol du sang.[5,6] Des concentrations de cholestérol sanguin élevées peuvent contribuer à la formation de dépôts de gras sur les parois internes des artères, affection portant le nom d’athérosclérose ou maladie coronarienne.[7]

En plus des taux de LDL élevés, une concentration de triglycérides supérieure à 1,7 mmol/L peut dénoter un risque accru de maladie du cœur et être un signe de syndrome métabolique.[8] Les triglycérides constituent la principale sorte de gras normalement transportés dans le sang et sont utilisés comme source d’énergie.  

Hormis une tendance héréditaire à des taux élevés ou une alimentation riche en glucides (sucre) et en alcool, le taux de triglycérides se situe généralement dans une plage normale.   

Conclusion : En apportant des changements à votre mode de vie, vous pouvez améliorer vos valeurs de lipides sanguins. Ceci implique de cesser de fumer, de faire régulièrement de l’exercice et :  

  • Augmenter votre consommation de fibres solubles 

  • Réduire ou éliminer le sucre et les aliments transformés 

  • Remplacer les gras saturés par de bons gras monoinsaturés et polyinsaturés tels que ceux présents dans le saumon, les graines de chia, l’huile d’olive, l’avocat et les noix 


4. Le décompte des pas 

Il est bien établi que l’activité physique régulière réduit le risque de maladie chronique. Même les gens qui s’engagent à s’entraîner chaque jour peuvent involontairement accumuler des heures d’inactivité dans les transports en commun, assis au travail, devant la télévision, à lire, ou dans d’autres occupations sédentaires.  

Par ailleurs, des sondages sur la santé montrent que les Canadiens ont tendance à surestimer leur niveau d’activité physique de plus de 50 % par rapport à leur activité enregistrée par un accéléromètre.[9] 

Les lignes directrices canadiennes recommandent que les adultes participent à des activités aérobiques d’intensité modérée à élevée pendant au moins 150 minutes par semaine, ce qui représente environ 10 000 pas par jour.[10] Un moniteur d’activité qui aide à compter le nombre de pas que vous parcourez chaque jour vous donnera une indication réaliste de votre niveau d’activité. 

Conclusion : Une bonne façon de complémenter un programme d’entraînement régulier est d’augmenter votre niveau d’activité de diverses façons. Par exemple, en allant au travail ou faire vos emplettes à pieds, en prenant les escaliers au lieu de l’ascenseur, et en intercalant de courtes séances de marche ou de course dans vos périodes d’inactivité. 


5. Les degrés d’inflammation 

L’inflammation non contrôlée contribue énormément aux maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires et le diabète. La surveillance du taux de protéine C-réactive aide à jauger le degré d’inflammation dans le corps et peut être utilisée pour dépister le potentiel d’infection ou de maladie. [11]

 Des concentrations élevées de CRP peuvent également indiquer un risque accru de maladie cardiaque, même lorsque les taux de cholestérol se situent dans la plage normale. Le dosage de la CRP est effectué au moyen du test CRP-hs (protéine C-réactive haute sensibilité). Un résultat inférieur à 10 mg/L est considéré comme normal mais devrait faire l’objet d’une discussion avec un praticien de la santé qui peut en faire une interprétation exacte. [12]

Conclusion : Abaisser le taux de CRP revient à réduire le degré d’inflammation dans le corps. Vous pouvez y contribuer en faisant quotidiennement de l’exercice physique modéré, en perdant du poids et en suivant un régime anti-inflammatoire.  


6. La variabilité de la fréquence cardiaque 

Le rythme cardiaque est un indicateur important de votre santé physique globale. Un grand nombre de facteurs peuvent affecter le rythme cardiaque, notamment certains médicaments, le stress, l’activité physique et des troubles de santé. 

La variation des battements du cœur étant un reflet de l’activité du système nerveux, elle peut servir de marqueur de l’activité cardiaque et d’élément annonciateur d’événements cardiovasculaires.[13] Elle est aussi utilisée pour mesurer la forme physique. 

Beaucoup de moniteurs de fréquence cardiaque, que ce soit les montres intelligentes ou les ceintures thoraciques, peuvent être utilisés pour mesurer la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC). 

Cette mesure, qui peut différer d’une personne à une autre, fluctue durant toute la journée. Ce qui importe est la tendance de votre VFC dans le temps, avec comme objectif de voir la VFC augmenter à mesure que vous effectuez des changements positifs dans vos habitudes de vie. En revanche, un mode de vie sédentaire peut faire baisser votre VFC.[13] 

Conclusion : La VFC peut constituer un indicateur mesurable des effets bénéfiques de vos bons choix en matière de santé sur votre bien-être physique. Si après avoir adopté des habitudes de vie saines, vous ne voyez pas votre VFC baisser ou qu’elle reste la même, il se pourrait que votre santé soit affectée par d’autres facteurs qui devraient être abordés avec un fournisseur de soins de santé.  

 

7. Suppléments aidants 

Les fibres : La prise d’un supplément de fibres solubles avec vos repas aidera à faire baisser l’indice glycémique de vos aliments et stabilisera votre glycémie.  

Les oméga-3 : Ils favorisent la santé du système cardiovasculaire et jouent un rôle important pour limiter l’inflammation dans le corps. 

La coenzyme Q10 : Elle soutient la santé cardiovasculaire. 

La vitamine B6 + vitamine B12 avec acide folique : Ils réduisent le taux d’homocystéine dans le corps, ce qui soutient la santé cardiovasculaire. 

Le magnésium : Il intervient dans des centaines de réactions enzymatiques dans l’organisme, notamment le métabolisme des aliments, la synthèse des acides gras et des protéines, et la transmission des influx nerveux. Le magnésium peut également favoriser un bon sommeil. 
 

Prenez votre santé en main  

Connaître les indicateurs vitaux de votre santé peut vous en apprendre beaucoup sur votre bien-être physique et vous aider à prendre des mesures adéquates pour réduire votre risque de maladies chronique. 

Vous pouvez en faire le suivi par des visites médicales régulières, en exerçant une certaine surveillance chez vous et en portant un moniteur de santé.  

Ces moyens simples mais efficaces vous aideront à prendre votre santé en main. Si vous ne savez pas exactement ce que vous devez prendre, consultez votre naturopathe ou un autre professionnel de la santé. 

Patience Lister

Patience Lister

Patience Lister est une rédactrice pigiste de Vancouver, C.-B., spécialisée dans les aliments et produits de santé naturels. Elle écrit et réalise des travaux de recherche dans ces domaines depuis 2005, se concentrant particulièrement sur la nutrition

  1. Heart and Stroke Foundation of Canada. Health Seekers: Healthy weight and waist [Internet]. Heartandstroke.ca 2019 [cited 21 December 2020]. Available from: https://www.heartandstroke.ca/get-healthy/healthy-weight/healthy-weight-and-waist 2. Chobanian AV, Bakris GL, Black HR, et al. The seventh report of the Joint National Committee on Prevention, Detection, Evaluation, and Treatment of High Blood Pressure: the JNC report. JAMA. 2003; 289(19):2560-72
  2. Heart and Stroke Foundation of Canada. Heart: High blood pressure [Internet]. Heartandstroke.ca 2020 [cited 21 December 2020]. Available from: https://www.heartandstroke.ca/heart-disease/risk-and-prevention/condition-risk-factors/high-blood-pressure
  3. HealthLinkBC. When to have a cholesterol test [Internet]. Healthlinkbc.ca 2020 [cited 21 December 2020]. Available from: https://www.healthlinkbc.ca/health-topics/aa76157
  4. Catapano AL, Pirillo A, Norata GD, et al. Vascular inflammation and low-density lipoproteins: is cholesterol the link? A lesson from the clinical trials. Br J Pharmacol. 2017;174(22): 3973-85.
  5. Schwingshackl L, Hoffmann G. Comparison of effects of long-term low-fat vs high-fat diets on blood lipid levels in overweight or obese patients: a systematic review and meta-analysis. J Acad Nutr Diet. 2013;113(12):1640-61.
  6. Lu Y, Hajifathalian K, Ezzati M, et al. Metabolic mediators of the effects of body-mass index, overweight, and obesity on coronary heart disease and stroke: a pooled analysis of 97 prospective cohorts with 1·8 million participants. Lancet. 2014; 383(9921):970-83.
  7. HealthLinkBC. High triglycerieds [Internet]. Healthlinkbc.ca 2019 [cited 21 December 2020]. Available from: https://www.healthlinkbc.ca/health-topics/zp3387
  8. Colley RC, Butler G, Garriguet D, et al. Comparison of self-reported and accelerometer-measured physical activity in Canadian adults. Health Reports. 2018;29(12):3-15.
  9. Labos C. 10,000 steps: Myth or fact? [Internet]. McGill.ca 2018 [citation 21 December 2020]. Available from: https://www.mcgill.ca/oss/article/health/10000-steps-myth-or-fact
  10. Ruparelia N, Chai JT, Fisher EA, et al. Inflammatory processes in cardiovascular disease: a route to targeted therapies. Nat Rev Cardiol. 2017;14(3):133-44.
  11. HealthLinkBC. C-reactive protein (CRP) [Internet]. Healthlinkbc.ca 2019 [cited 21 December 2020]. Available from: https://www.healthlinkbc.ca/medical-tests/tu6309#tu6316
  12. Singh N, Moneghetti KJ, Christle JW, et al. Heart rate variability: An old metric with new meaning in the era of using mhealth technologies for health and exercise training guidance. Part one: Physiology and methods. Arrhythm Electrophysiol Rev. 2018;7(3):193-8.

Continuer à lire